Quels sont les rôles des médias ?

23 avril 2021 0 By Raymond
Quels sont les rôles des médias ?

La libre circulation des opinions et des informations est à la fois le bénéfice et la condition de toute vie démocratique. Comment les médias remplissent-ils cette fonction? Devrions-nous avoir peur de manipuler les informations?

Manipulation de l’information

Depuis le XIXe siècle, les journaux, tout comme les stations de radio et de télévision, sont devenus de véritables entreprises économiques. Les médias sont soumis aux lois du marché et recourent de plus en plus à la publicité pour se financer eux-mêmes. La recherche de l’autonomie financière est une condition de leur liberté. Mais elle peut aussi évoluer vers une course au profit et conduire à de nombreux abus.

Afin d’attirer un public plus large, certains médias publieront sans hésitation les informations ou les images les plus convaincantes. Ils sont engagés dans la chasse au scoop et, dans certains cas, peuvent même forger à partir de zéro. Enfin, ils recherchent des informations privées et confidentielles liées à des célébrités spécifiques, parfois dans le cadre de lois sur la violation de la vie privée ou la diffamation.

Les progrès rapides d’Internet dans la diffusion de l’information ont changé le paysage médiatique. En accélérant le flux d’informations, une fois qu’un événement particulièrement public se produit, Internet provoquera un «court-circuit de l’actualité». Afin d’éviter d’être submergés dans cette compétition, les médias grand public essaient toujours de publier les «choses en main» au lieu de prendre le temps de vérifier ces informations. Ensuite, coupez la chaîne d’édition, tournez-vous vers l’opérateur et le “chasseur de seaux”. Pour trouver des informations de ce genre, vous pouvez visiter le site des as des médias de l’information sur internet.

Lutte pour la liberté d’expression

La liberté d’expression est l’un des droits humains fondamentaux. Dès le XVIIe siècle, les journalistes affirmaient que c’était pour des raisons économiques. En fait, tant les médias écrits que l’ensemble des médias doivent survivre pour atteindre le plus grand nombre de publics possible et les fidéliser en leur fournissant le contenu qu’ils souhaitent. Par conséquent, ils ne peuvent tolérer aucune forme de censure.

En France, la liberté de la presse a été absolument reconnue par la loi du 29 juillet 1881, toujours en vigueur aujourd’hui. Depuis, l’information écrite n’a plus seulement joué le rôle de contre-pouvoir, elle est devenue la «quatrième puissance», chargée d’informer les citoyens et de mener des débats démocratiques.

Le véritable «empire» a été fondé dans le monde du journalisme écrit, qui fut bientôt diffusé et concurrencé par les grandes chaînes de radio et de télévision (principe de la liberté de la communication audiovisuelle reconnu par la loi du 29 juillet 1982). Les progrès technologiques ont permis de transmettre des informations plus rapidement et de manière plus complète. Basées sur l’objectivité et le strict respect de l’information, de nouvelles formes de journalisme ont vu le jour.

Le droit de savoir et le droit à la démocratie

Cependant, l’abus de certains journalistes ne doit pas nous amener à ignorer le travail d’information et le maintien des liens sociaux garantis par tous les médias. Les journalistes ont des codes d’éthique et la plupart des gens les suivent. Le Comité avancé de l’audiovisuel (CSA), créé en 1989, veille à ce que les chaînes de radio et de télévision respectent ces règles. En rassemblant les vastes quantités d’informations fournies et en guidant les débats publics, les informations écrites et électroniques restent le principal moyen de la démocratie.
En France, comme dans d’autres pays développés, ce n’est pas la censure ou la répression qui menace le droit de savoir. En effet, la presse perd progressivement son indépendance financière au profit des grands groupes de communication. Ces liens avec le monde des affaires, associés à la fascination parfois des journalistes pour les cercles politiques, font craindre à certains observateurs que la manipulation de l’information est plus dangereuse parce qu’elle est plus difficile à détecter. Si la presse n’est plus vraiment indépendante, peut-elle continuer à fonctionner?