Dossier entreprise : le Baba du plan de financement

12 octobre 2020 0 By Felicia
Dossier entreprise : le Baba du plan de financement

Le plan de financement constitue un document répertoriant les prévisions de besoins en fonds propres d’une entreprise. Il est à monter lors de la création d’une entreprise. Il est assimilable au bilan provisionnel. En effet, le plan de financement traite la partie financière du business plan. Généralement, on y retrouve les besoins permanents, courants ou immédiats nécessaires à l’exécution des tâches et au développement d’une firme.

Les différents types de financement à construire

Sur le plan de financement repose en majeure partie l’avenir d’une entreprise dans la réalisation de ses activités. Il devient ainsi primordial de monter correctement ce document. Il revient au créateur de l’entreprise d’établir ce plan de financement selon que, un plan de financement initial devra être fonctionnel. Il veillera par la suite à un plan de financement prévoyant les 3 années à venir.
Concernant le plan de financement initial, le document insistera surtout sur les employés et les besoins financiers pour le lancement des projets de départ de l’entreprise nécessitant des fonds. Pour le plan de financement à moyen terme, celui-ci traitera les montants prévisionnels au niveau du bon fonctionnement de la société. Il sortira en premier lieu les chiffres durant la première année. Ces derniers serviront par la suite à l’estimation la plus proche des prochaines années à vivre pour l’entreprise. À noter que ce plan de financement à moyen terme peut aller jusqu’à 7 ans en fonction de la période de lancement.

À quoi sert un plan de financement ?

Dans la création d’un business plan, le plan de financement joue un rôle primordial. Il permettra à l’entreprise de se statuer sur l’estimation de son projet futur. Par la même occasion, la société pourra évaluer les apports à réclamer des partenaires financiers. Le plan de financement aidera entre autres l’entreprise dans ses projections de prêts auprès des banques.

Démarches pour monter un plan de financement

La construction d’un plan de financement variera en fonction du projet, selon le blog généraliste de référence. Cependant, les grands points suivants prévalent toujours dans cette opération. Tout plan de financement commence toujours par la budgétisation des coûts de la création de l’entreprise.Puis, il est aussi important de déterminer la nature et surtout évaluer les investissements utiles pour faire fonctionner le projet.En même temps, les fonds de roulement doivent être estimés. Pour boucler ces premières étapes, le recensement des apportes personnels doit être réalisé par les actionnaires et le porteur du projet. Ce sera en présence de toutes ces données factuelles qu’il faudra désormais se focaliser sur la liste des financements possibles. Il s’agira d’une confrontation à effectuer par le porteur de projet afin d’avoir un parfait équilibre et cohésion entre le plan de financement et les besoins.

Les contenus d’un plan de financement initial

Le plan de financement servira notamment à la détermination du montage financier nécessaire. Il est souvent présenté sous forme de tableau contenant deux parties. L’on y notera selon la convenance de chacun les fonds nécessaires pour couvrir les frais de création d’entreprise, ainsi que les charges relatives à l’acquisition de matériels, d’un terrain, de licences, de fonds de commerce, etc. L’autre partie accueillera les ressources financières initiales composées des apports regroupés au sein du capital social.

Le plan de financement sur trois ans

Une entreprise doit se projeter vers l’avenir à travers un plan de financement encadrant les besoins financiers des premières années d’exercice, généralement à hauteur des trois premières années. Ce plan spécifique doit comporter des prévisions sur la variation du besoin en fonds de roulement. Il indiquera également les futurs investissements ainsi que les apports en capital. Le plan de financement doit aussi évoquer les conditions pour la distribution des dividendes, sans oublier, la détermination de la capacité d’autofinancement de l’entreprise. Il est à noter que ces contenus doivent toujours être ajustés en fonction de la nature de l’activité et des besoins de l’entreprise.